Loisirs et Culture

Cet article a été rédigé par

Elsa Bouteloup
Directrice de l’Association Alepa

Les loisirs au sens large, c’est-à-dire ceux incluant le jeu, le sport et la culture, sont incontestablement indispensables au développement individuel mais aussi à la qualité de vie sociale des personnes. Quel qu’en soit le support, développer leur pratique, hors du temps contraint, répond à ces deux enjeux de taille pour une vie citoyenne pleine et entière. Les loisirs représentent un des supports privilégiés du développement physique et psychologique et ils répondent à un besoin essentiel de l’enfant en pleine construction et de l’adulte en devenir. Le premier exemple significatif est incarné par le jeu, activité spontanée investie dès le plus jeune âge. Progressivement, par une diversification et une augmentation de l’offre, l’enfant va accroître ses potentialités dans les différents domaines de développement (perceptifs, moteurs, cognitifs) tout en se confrontant à des situations favorisant sa socialisation, son intégration. Les activités de loisirs constituent une source de plaisir, d’épanouissement, ils influent sur la construction de la personnalité et participent à l’équilibre psychologique. Qu’il soit physique, pratique, culturel ou social, le loisir est un temps pendant lequel la personne se livre à une activité à partir d’un libre choix, d’un intérêt et du plaisir qu’il en retire. Il se base sur le temps libre en dehors des contraintes habituelles qu’il s’exerce seul, en groupe de pairs, en société…

Au-delà des principes et de l’intérêt pour la personne, la spécificité du public avec autisme impose une réalité bien plus complexe et paradoxale. Pour lui, le temps informel, libre, qui est normalement dévolu aux activités récréatives, est paradoxalement le moins sécurisant, le moins ludique, éducatif, voire le plus enfermant dans son handicap. En effet, l’autisme induit des centres d’intérêts restreints et stéréotypés, une difficulté particulière à faire des choix, prendre des initiatives, expérimenter de nouvelles activités et occuper ses temps libres de manière adaptée. Sur ces temps on constate souvent une recrudescence des comportements inadaptés voire problématiques. Pour la personne autiste, le temps de loisirs est un besoin fondamental qui doit faire l’objet d’un apprentissage spécifique étayé (adaptations, accompagnement). La « Stratégie nationale pour l’Autisme au sein des troubles du neuro-développement » considère également les loisirs comme un aspect important de développement de la personne.

Par conséquent, il est nécessaire d’étayer les pratiques et de formaliser les démarches que les loisirs s’exercent en milieu protégé ou inclusif. La considération du fonctionnement cérébral différent, la structuration visuelle, le recours aux renforçateurs, le travail sur la généralisation, la gestion du temps… doivent être considérées et mises en place afin d’encourager la personne à se saisir de ces temps par la suite.

Les textes de loi légitiment les démarches de participation. La loi du 30 juin 1975 dite loi d’orientation, mentionne que : « la prévention et le dépistage du handicap, les soins, l’éducation, la formation et l’orientation professionnelle, l’emploi, la garantie d’un minimum de ressources, l’intégration sociale et l’accès aux sports et loisirs du mineur et de l’adulte handicapé physique, sensoriel ou mental constituent une obligation nationale. ». Celle du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées précise que « Toute personne handicapée a droit à la solidarité de l’ensemble de la collectivité nationale, qui lui garantit, en vertu de cette obligation, l’accès aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens ainsi que le plein exercice de sa citoyenneté. ».

L’expérience de l’ALEPA en Poitou-Charentes

Le panel d’activités allant de l’activité spécifique à l’inclusion en passant par la pratique en mixité permet à chaque personne autiste de trouver le loisir qui lui convient et de s’épanouir. Sur les territoires, les institutions et les associations mettent en place des initiatives qui rendent possible la participation de tous. Alors, autorisez-vous à aller au cinéma, au parc de jeux, osez vous inscrire à l’accueil de loisirs ou au club de sport de votre quartier… et entourez-vous des personnes et des dispositifs qui feront de votre expérience une réussite !

Consulter le site

     QUELQUES OUTILS DE CRA
  • Sport et Autisme : Appel à participation des familles ayant un enfant avec TSA âgé de 6 à 12 ans – CRA Normandie Seine Eure
    Une étude scientifique « Sport et Autisme » est lancée sur le département de Seine Maritime en partenariat avec le CRA Normandie Seine Eure afin de « montrer scientifiquement les bienfaits de la pratique sportive dans un club de tennis, au niveau de l’enfant avec TSA et de la famille » ainsi que de développer à long terme l’inclusion de ces enfants dans différents clubs sportifs.
    Cette étude étant principalement axée sur le Tennis. La cartographie des clubs volontaires pour participer à cette étude vous est présentée. Le but étant de trouver un club au plus près de chez vous.
  • Guide de séjour pour jeunes et adultes avec TSA – CRA Alsace
    Le pôle Adultes 67 du CRA Alsace a publié un guide pratique de préconisations pour organiser des séjours de loisirs avec des jeunes et adultes porteurs de Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA). Il est le fruit d’une expérience menée par l’équipe avec un groupe de dix jeunes adultes en 2016.
     QUELQUES INITIATIVES INSPIRANTES
  • Le Papotin Journal atypique
    Écrit par des personnes autistes, Le Papotin, journal atypique, publie depuis 1990 des entretiens avec des personnalités diverses (sport, culture, politique, etc.) et des textes originaux, récits, chroniques, brèves et poèmes.
  • Le festival Futur Composé « Autisme et Culture »
    Ce Festival Culturel atypique qui a lieu tous les 2 ans associe des artistes professionnels célèbres ou non et des artistes amateurs intervenant dans des institutions spécialisées dans la prise en charge des personnes autistes.
  • Ciné ma différence Séance de cinéma adapté
    Ciné-ma différence rend le cinéma accessible à des enfants et adultes autistes, polyhandicapés, avec un handicap mental, ou des troubles psychiques, qui en sont privés en raison de leur handicap. Des séances chaleureuses et adaptées où chacun, avec ou sans handicap, est accueilli et respecté tel qu’il est.
  • Collectif Spectre Artistiques – Collectif d’artistes autistes
    Spectre Artistique est un collectif d’artistes autistes de France, de Belgique et de Suisse, un réseau d’entraide et de création commune, un réseau artistique par et pour les personnes autistes, qui célèbre la neurodiversité et combat les stéréotypes déshumanisants.
  • Cie Harmonie Autiste
    Créée en février 2018, la Cie Harmonie Autiste (association loi 1901) est un collectif d’artistes autistes dont les membres pratiquent des disciplines artistiques variées telles que la musique, la danse, les arts plastiques, la photographie, le chant, le théâtre, les arts martiaux. 
     QUELQUES RESSOURCES
  • Guide des vacances et loisirs adaptés 2016, Union Nationale des Associations de Tourisme (UNAT)
  • La Fédération Loisirs Pluriel
    Fondé en 1992, Loisirs Pluriel s’est donné pour but de permettre aux enfants en situation de handicap, quelle que soit leur pathologie, de jouer, de vivre et de grandir avec les autres, et d’avoir accès à des activités de loisirs et de vacances, comme les autres et avec les autres et de permettre à leurs parents de disposer, comme les autres, de modes d’accueil adaptés, en complément de l’école ou de l’établissement, pour bénéficier de temps de repit ou maintenir leur emploi.